06 juil. 2018

La meilleure sûreté pour le nucléaire ? Sa fin.

Communiqué de presse de Virage Energie

 

Vendredi 6 Juillet

 

La meilleure sûreté pour le nucléaire ? Sa fin.

 

La commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires a rendu son rapport ce jeudi 5 juillet fissurant plus encore le mur de certitude en béton établi par les tenants de l’atome à tout prix.

 

Parmi les 33 préconisations l’une d’entre elles propose d’établir une calendrier de fermeture des réacteurs en fonction des critères de sureté et de sécurité » post-Fukushima ».

 

Les dysfonctionnements de la centrale de Gravelines relevés de nouveau récemment par l’Autorité de sureté nucléaire, ainsi que la vulnérabilité aux submersions marines placent les 6 réacteurs parmi ceux à fermer prioritairement.

 

La programmation pluriannuelle de l’énergie qui sera établie d’ici la fin de l’année devra indiquer les réacteurs à fermer afin de baisser la part du nucléaire à 50 % dans le mix électrique national.

 

C’est la raison pour laquelle nous appelons les responsables des Hauts de France à se positionner pour créer la première véritable filière de démantèlement des réacteurs, autre recommandation de la commission d’enquête.

 

Alors que des responsables politiques des Hauts de France pensent porter une troisième révolution industrielle en promouvant le nucléaire, sortir de l’impasse de l’ébriété énergétique doit s’imposer.

 

Paulo-Serge Lopes

Président de Virage Energie