11 mars 2018

Les Hauts de France doivent sortir du nucléaire pour réussir la transition énergétique

Communiqué de presse de Virage Energie

Dimanche 11 mars 2018

 

Les Hauts de France doivent sortir du nucléaire pour réussir la transition énergétique

 

La convention signée le jeudi 8 mars entre EDF et le conseil régional des Hauts de France met en exergue la volonté de « relancer la filière du nucléaire » en implantant un réacteur EPR à la centrale de Gravelines.

 

Sept années quasi jour pour jour aprés la catastrophe de Fukushima, les leçons n’ont donc pas été tirées quant à la fragilité intrinsèque des sites nucléaires – notamment français – et la mise en danger des habitants des régions environnant les centrales.

Un partenariat EDF – Conseil régional au détriment de la démarche collective

  

N’y aurait-il pas ainsi par cette convention entre EDF et le conseil régional d’ores et déjà des conflits d’intérêt autour de la construction de scénarios énergétiques ? A terme, si on suit cette logique, d’autres scénarios ne seraient pas confiés à des multinationales comme Total, Amazon, Facebook,…  ?

Le signal ainsi donné constitue une régression en terme de transition énergétique, et va à l’encontre des travaux menés par les forces vives de notre territoire (collectivités locales, Chambre de commerce, associations, Ademe,…) dans le cadre de la démarche « troisième révolution industrielle ».

Relever le défi climatique passe par la sortie du nucléaire

Association de prospective énergétique et sociétale, Virage Energie n’a eu de cesse de démontrer depuis plus de 10 ans qu’il est possible de relever le défi climatique tout en assurant la sortie progressive du nucléaire et une moindre dépendance aux énergies fossiles.

 

Plus vite nous nous engagerons sur cette voie, et plus vite nous diminuerons le risque de défaillance de la centrale de Gravelines. Il est possible de planifier et d’organiser la fermeture progressive des six réacteurs d’ici 2030 tout en créant une filière d’emplois viable dans le domaine du démantélement.

Vivre mieux dans notre région implique de changer de logiciel

 

Avoir les atomes crochus avec le nucléaire ne fera pas revenir la croissance. Nous préférons aider à construire un nouveau monde avec et non contre les citoyens plutôt que de subir les conséquences néfastes de choix politiques d’un autre temps.

 

A ce titre, notre étude « Mieux vivre en Nord-Pas de Calais – Pour un virage énergétique et des transformations sociétales » était axée sur la complémentarité entre des politiques de sobriété, des efforts en termes d’efficacité énergétique et des investissements dans les énergies renouvelables pour mener à bien la transition énergétique de notre territoire.

 

Êtres actifs dans la transition énergétique pour ne pas être radioactifs

Parmi les travaux en cours de l’association figure la réalisation d’un nouveau scénario à l’échelle du nouveau périmètre régional afin de mettre en exergue les multiples leviers durables dont disposent les Hauts de France en la matière. Face à l’impasse que constitue la poursuite du nucléaire, nous privilégions l’intelligence collective de la transition énergétique.

Nous prenons d’ores et déjà date pour le débat sur la programmation pluriannuelle sur l’énergie qui commencera ses travaux le 19 mars prochain où nous apporterons notre expertise citoyenne. Vivre mieux dans notre région implique de changer de logiciel.

 

Paulo-Serge Lopes

Président de Virage Energie